Un seul Pinion, mais pas un singlespeed

De manière générale, le magasin me donne la chance de pouvoir monter de beaux vélos. Quand j’en ai le temps ou que le projet est vraiment particulier, j’essaie d’en prendre au moins une ou deux photos pour en garder un souvenir ou dans l’espoir d’en parler un jour ici.

C’est le cas de ce vélo. Le système Pinion étant encore peu connu et relativement onéreux (concrètement ça coûte encore un peu plus qu’un Rohloff), des vélos qui en sont équipés ne sortent pas tous les jours du magasin. Et encore moins avec un aussi bel équipement que celui-ci.

La particularité du système Pinion, c’est que, contrairement au Rohloff, la mécanique du changement de vitesse ne se trouve plus dans le moyeu arrière mais au niveau du boîtier de pédalier, offrant l’avantage de rééquilibrer la répartition des charges sur le vélo (soulageant ainsi la roue arrière) tout en offrant 4 vitesses de plus que le Rohloff qui en a lui 14, les écarts entre les rapports étant un peu plus serrés et leur étendue encore plus large.

Le système a été conçu par d’anciens ingénieurs de chez Porsche qui ont utilisé tout leur savoir-faire aquis dans le domaine automobile pour apporter au monde du vélo un système ultra-performant et efficace mais qui a, par contre, l’inconvénient – comme on le voit sur l’image ci-dessous – de ne pouvoir être monté que sur un cadre qui a été conçu dans le but de l’accueillir, comme c’est le cas du Papalagi Pinion présenté ici.

Avec une base aussi peu commune, il aurait été dommage de ne pas en profiter pour ajouter encore un peu de classe au vélo et pour ça, les poignées Slender de chez Brooks sont idéales, avec leur côté un peu bling-bling qui trouve ici parfaitement sa place.

Quoi de mieux pour les accompagner qu’une selle Brooks B17 Classic avec des rails en titane, histoire d’ajouter confort et (un léger) gain de poids?

Du côté énergétique on reste dans le même niveau de gamme avec un moyeu SON 28, choisi pour son efficacité même à basse vitesse et sa longue durée de vie sans entretient particulier (donnée à 50’000 km par le fabriquant).

Les lampes Supernova ne sont plus à présenter. Boitiers alu, LED extra puissantes, construction solide, logo qui s’illume sur les côtés pour augmenter la visibilité latérale du cycliste, autant d’atouts pour justifier leur prix… pas forcément super doux.

Derrière, une Supernova Tail Light, prix pas très doux non plus, mais un design magnifique, une efficacité étonnante et une taille XXS. Le tout dans un boitier alu solide qui demande une légère adaptation du porte-bagages Tubus pour une belle intégration.

Je ne sais pas si le système Pinion va rencontre le même succès commercial que le Rohloff, mais en tout cas, on peut déjà dire que les ingénieurs qui l’ont créé peuvent être fiers d’avoir délaissé le monde automobile pour celui du vélo.

Ce contenu a été publié dans Actu boutique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>